Agriculture NumériqueSurface Transport & Logistics

placeholder
For one leading pharmaceutical laboratory, success and double-digit sales growth came with a cost: an overburdened supply chain that threatened to reduce market share.

Agriculture numérique

Depuis plusieurs années les agriculteurs utilisent des outils informatiques pour accomplir différentes tâches, administratives d’abord, puis techniques (robots de traites, outils d’aide aux réglages des machines, cartes satellites pour épandage d’azote, prévision météo, cours des matières premières, …)

Mais depuis quelque temps, on commence à pouvoir connecter « sans fil » tous ces systèmes les uns avec les autres, à les faire fonctionner ensemble pour obtenir un service supplémentaire. A l’inverse d’un outil attelé mécaniquement au tracteur.

définition de l’Agriculture Connectée : c’est l’ensemble des technologies et des services qui permettent de faire fonctionner ensemble les outils de la ferme, ou qui sont utilisés par ces mêmes outils, par un lien internet ».

Cela fait quelques années que dans le monde agricole, nous utilisons des outils informatiques pour aider à prendre des décisions. Ce qui commence à émerger, c’est la capacité à les faire fonctionner les uns avec les autres.

En d’autres mots, aujourd’hui nous sommes capables de récolter des données, et les injecter dans un autre système, qui va lui-même générer un nouveau jeu de données. Tout cela aura pour finalité de donner un conseil à l’agriculteur.

En résumé, nous passons d’une époque où les outils fonctionnaient indépendamment les uns des autres, à des outils qui fonctionnent ensemble de manière intégrée.”

RFID Successeur annoncé du code-barres, la RFID rend déjà de nombreux services.

L’utilisation de la technologie RFID pour identifier le bétail est l’une des plus anciennes. Elle remonté en effet au début des années 80. Les ondes Rodio servaient notamment à la traçabilité.

Dans le secteur de l’élevage, les marqueurs RFID assurent la traçabilité des animaux. A Paris ils permettent aux agents municipaux de suivre la vie de 95 000 arbres.

Il y a aussi des stations météo connectées par des réseaux bas débit. Les données météo sont envoyées dans les logiciels de prévision d’attaque des maladies des plantes, comme la fusariose et la septoriose ou encore le mildiou de la pomme de terre. L’information météo est traitée en temps réel et l’agriculteur reçoit, toujours en temps réel, une information sur son smartphone sur le risque maladie. Il peut donc décider de ne pas traiter, alors que par précaution il avait l’habitude de le faire. Et l’inverse est vrai aussi

Autre exemple, celui des boitiers qui s’installent dans les tracteurs, munis de puces GPS entre autres, qui enregistrent les mouvements exacts des matériels et remplissent automatiquement les carnets numériques d’utilisation.

L’agriculture utilise de plus en plus le drone pour différentes missions d’analyses, de contrôles, de surveillances ou de traitements, pour cela il peut être équipé de différent matériel, caméras, pulvérisateur ou autre capteurs couplés au GPS pour réaliser des cartes détaillées des champs

Agriculture connectée et big data ?

Aujourd’hui la plupart des technologies utilisées par l’agriculture connectée ne font pas appel au « Big Data ». Elles utilisent des données mais qui sont formatées, décrites. Le Big Data, c’est vraiment la capacité de trouver de l’information pertinente, à partir d’une quantité de données très importante sur le réseau internet et qui en plus, à première vue, n’ont pas vraiment de rapport entre elles.

Quelle est la place de la Tunisie dans l’innovation numérique ? 

“La Tunisie, est un pays qui possède une grande variété de systèmes agricoles. C’est donc une chance car chaque système peut devenir un point de départ pour le développement d’une technologie ou bien un « centre d’essais » pour des technologies développées ailleurs.

Il y a de nombreuses start-ups qui se sont créées et l’essentiel des acteurs de l’agro-fourniture se lancent également dans l’innovation numérique, déjà pour commencer à s’approprier ces nouveaux outils.

La distribution agricole n’est pas en reste, beaucoup cherchant à créer leur propre « ferme numérique », sorte de démonstrateur des nouveaux services proposés aux adhérents ou aux clients.

Comment est perçu le numérique par les agriculteurs ?

Le numérique n’est pas nouveau : le minitel, l’ordinateur, internet puis les smartphones sont arrivés il y a déjà plusieurs années, et les agriculteurs s’y sont très bien adaptés. Le numérique fait donc partie intégrante de la vie des agriculteurs. La question qui revient lorsqu’il y a un nouvel outil numérique est « Quel est le rapport coût/bénéfice ? ». Si ce rapport est favorable à l’agriculteur sera forcément plus enclin à y faire attention.

Il y a aussi le phénomène communautaire et les réseaux sociaux, le #co-farming qui semble se développer car répondant à un vrai besoin et les médias sociaux qui permettent à un nombre toujours plus grand d’agriculteurs de reprendre possession de leur métier, de le présenter positivement.

challenge

The biggest challenge was that Arguzo was not utilizing technology properly. Too much of the work was still being recorded manually, which meant that the numbers took a long time to note down and then to be analyzed. Live data was also not available and decisions can only be made after all the required data and been received. This was holding Arguzo back; they knew they could corner more of the market if they had the ability to be more mobile. The work addressed three critical issues for Pharm Ltd.:

  • Improve sales and operations and production planning:

    The teams focused their efforts on a few of the highest-value S&OP levers in order to review the current planning process, identify gaps in the planning infrastructure and analytically understand demand and supply variability.

  • Determine the right inventory level:

    With hundreds of medications in the market, Pharm Ltd. needed a proper method to predict and manage their inventory. Using a mean absolute percentage analysis (MAPE), the teams defined appropriate levels for raw materials and finished products by mapping actual versus forecasted sales on the most important SKUs.

  • Optimize the supply chain for perfect order planning:

    The diagnostic determined the stressors that affected sales and service levels. The teams focused on resolving issues related to higher-than-normal back-orders and lead times, which stressed the entire supply chain and led to delays in medications reaching consumers.

results

Arguzo employees are now more empowered; Arguzo also has the benefit of generating reports instantaneously whenever needed. They can now make decisions on the fly based on the latest real time data.

The effort vastly improved the company’s planning and execution functions, created and implemented a new stock policy that accounted for specific SKUs and key variables, streamlined the order preparation process and reduced distribution transport times.

By the numbers, the effort:

  • Reduced lead time by 43%
  • Decreased variability by 50%
  • Lowered the risk of back-order by 95%
  • Increased stock for finished goods by 10%
  • One
  • Two
how can we help you?

 Contactez-nous à SupAgro à Elghazala Technopark ou envoyez une demande de renseignements en ligne.

ne.

We were amazed by how little effort was required on our part to have Consulting WP prepare these materials. We exchanged a few phone calls and e-mails, and they… handled the rest.

placeholder
Amanda Seyfried
Founder & CEO, Arcade Systems

Looking for a First-Class Business Plan Consultant?

Demos

Disposition

Large
Boîte